Comment éviter une rupture de contrat avec son apprenti paysagiste ?

20 avr 2020

En règle générale, un apprentissage se passe bien, surtout dans le secteur du paysage. Mais qu'en est-il lorsque la collaboration est en péril ? Pour le jeune apprenti paysagiste, comme pour l'entreprise qui l'accueille, une rupture de contrat d'apprentissage est une épreuve douloureuse à traverser. Elle implique de multiples conséquences, parmi lesquelles une perte de confiance de l'entreprise dans le système même de l'apprentissage. Alors que le secteur du paysage manque de main d'œuvre qualifiée, il est important d'appliquer ces quelques conseils pour éviter le point de non-retour !

Comment s'y prendre pour recruter un apprenti paysagiste ?

Les principaux motifs de rupture du contrat d'apprentissage

Dévoilées par une enquête CGPME Ile-de-France en 2014 (1), ces raisons mettent en lumière les principaux points de vigilance.

  • Pour les jeunes apprentis paysagistes à l'initiative de la rupture, il s'agit surtout de motifs économiques ou d'un problème d'orientation, générant un grand manque d'intérêt pour sa formation.
  • Pour les entreprises du paysage, les problèmes majeurs proviennent d'une mauvaise posture du jeune face à sa formation et à l'univers de l'entreprise et d'un manque de compétences.

D'un côté comme de l'autre, on retrouve des difficultés relationnelles, un manque d'accompagnement et surtout, un tutorat insuffisant. En effet, on ne devient pas un bon tuteur sans préparation !

Comment repérer un apprenti paysagiste qui décroche ?

Outre les retards et absences à répétition, d'autres comportements sont précurseurs.

Une vigilance amoindrie, un travail perçu comme une corvée et donc fait « à la va-vite », un repli social, avec de moins en moins de contacts avec les collègues, et un manque de participation sont précurseurs et doivent alerter.

Si les décrochages sont plus importants pour les niveaux CAP et BAC professionnel, les futurs ingénieurs paysagistes ne sont pas non plus à l'abri. Les ruptures de contrat d'apprentissage interviennent généralement entre 6 mois et 1 an de présence dans l'entreprise : ceci vous laisse le temps nécessaire pour agir en amont !

Quelles solutions pour éviter la rupture de contrat d'apprentissage ?

Heureusement, il existe de nombreux moyens de redresser la barre. Ces actions sont à mettre en place pour toute entreprise paysagiste, quelle que soit leur relation avec leur apprenti, et quel que soit le niveau d'étude de l'apprenti : mieux vaut prévenir que guérir !

Les secrets d'un apprentissage réussi dans les métiers du paysage

Former le tuteur de l'apprenti paysagiste

Le tutorat est complexe, mieux vaut donc choisir un collaborateur capable d'expliquer les choses avec pédagogie et bienveillance ! Le tuteur doit être en relation étroite avec le centre de formation, et peut même bénéficier d'une formation au tutorat. Il pourra mieux comprendre le référentiel de la formation et son rôle dans cette relation tripartite. Il sera également en mesure de mettre en place des outils pédagogiques, très utiles pour suivre la progression de l'apprenti et détecter précocement un éventuel décrochage !

Mobiliser l'équipe de son entreprise du paysage

Outre le tuteur, c'est toute l'entreprise qui joue un rôle dans la formation d'un apprenti paysagiste ! Parfois, le jeune aura besoin d'acquérir une compétence que son tuteur ne possède pas. De manière générale, tout collaborateur peut être amené à montrer le fonctionnement d'un outil ou à donner des consignes. La réussite d'un apprenti repose sur les épaules de tous : il est nécessaire que toute l'équipe soit impliquée dans son apprentissage, et fasse en sorte qu'il se sente pleinement intégré.

Mettre en place un vrai dialogue

Un échange à cœur ouvert est bien souvent salutaire. En laissant la possibilité à l'apprenti paysagiste d'exprimer ses craintes, dans un climat empreint de bienveillance, on surmonte la plupart des crises. Il est extrêmement important de favoriser un tel dialogue, notamment en prévoyant des temps d'échange réguliers. Le tuteur veillera à aborder ce qu'il se passe au travail, mais également à faire le point sur les cours de son apprenti. Ce dernier peut aussi être confronté à des difficultés personnelles : encouragez-le à ne pas rester seul face à ses problèmes !

Voici comment réagir aux principales craintes de votre apprenti paysagiste

Redistribuer les missions de l'apprenti paysagiste

Si l'apprenti paysagiste décroche, c'est que quelque chose ne lui convient plus. Avant de brandir la rupture de contrat comme seule issue possible, il est important de s'assurer que les missions qui lui sont confiées soient bien adaptées à sa formation et à ses attentes. En modifiant certaines de ses tâches et/ou en lui donnant plus de responsabilités, le jeune apprenti peut retrouver du sens dans sa formation !

Se rapprocher du centre de formation

Bien qu'un contact fréquent soit préférable avec le centre de formation, il ne faut pas hésiter à faire appel à lui lorsque la barque prend l'eau. L'objectif est de ne pas rester seul si vous rencontrez des difficultés avec votre apprenti paysagiste : le centre de formation est là pour vous épauler et mettre en place un plan d'action commun pour redresser la barre !

Malheureusement, il arrive parfois que la rupture de contrat d'apprentissage soit inévitable. Cet événement ne doit pas refroidir les entreprises du paysage : tout comme pour les salariés en contrat de droit commun, il arrive qu'une collaboration échoue malgré toutes les précautions qui ont été prises. Il faut en tirer des leçons et ne pas hésiter à se lancer dans une nouvelle collaboration, fort de cette expérience !


(1) CGME Ile-de-France : Enquête francilienne 2014 : Clés de succès et facteurs de rupture en contrat d’apprentissage (pdf)

© Crédit photo : beeboys / stock.adobe.com

Partager cette page :

© 2018 Tous droits réservés.   Mentions légales